Sélectionner une page

La ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal, a annoncé le 12 avril 2019 à Strasbourg que les étudiants réfugiés en France vont pouvoir bénéficier des bourses universitaires d’Etat dès la rentrée 2019.

Une situation d’inégalité intolérable

La France accueille moins de 3000 étudiants réfugiés dans ses universités. Or, ces jeunes qui ont dû fuir en urgence leur pays d’origine viennent généralement de pays non-francophone.

Ces étudiants doivent donc, pour pouvoir s’inscrire en licence à l’université française, obtenir un diplôme universitaire (DU). Les étudiants y suivent notamment une remise à niveau en langue française.

Or, la remise de bourses d’Etat pour les étudiants est quasi-systématiquement conditionnée au fait d’avoir obtenu un diplôme national.

Le problème est que le diplôme universitaire (DU) n’est pas un diplôme national. Les étudiants réfugiés ayant passé leur DU et étant inscrits en licence ne pouvaient donc pas prétendre à des bourses. Or, parmi ces bourses étudiantes , les bourses du Crous occupent une part non négligable.

Un tel dispositif était en opposition complète avec l’idée selon laquelle la France serait une terre d’accueil.

Il convient de rappeler qu’une personne célibataire et sans emploi perd le droit de toucher le RSA dès lors qu’elle devient étudiant(e). Les étudiants réfugiés sont donc coupés des droits dont pourrait pourtant bénéficier une personne réfugiée qui n’aurait pas le statut d’étudiant(e).

Dans ces conditions, beaucoup d’étudiants renoncaient aux études pour bénéficier du RSA.

Cette situation devait donc être modifiée pour rétablir une logique dans la politique française. En outre, les personnes réfugiées doivent pouvoir commencer ou reprendre des études dans des conditions décentes.

En ce sens, il semble paradoxal de réclamer des efforts d’intégration à un étudiant étranger sans ressources.

Le rétablissement d’une égalité entre les étudiants

Frédérique Vidal a donc annoncé dans un communiqué du 12 avril 2019 que les étudiants réfugiés pourront avoir accès aux bourses du Crous. Par quel moyen ? Tout simplement en rendant le diplôme universitaire (DU) éligible à ces bourses.

Néanmoins, la validation d’un DU reste nécessaire pour accéder à une licence et aux bourses universitaires.

Les étudiants réfugiés pouvant accéder aux bourses du Crous pourront aussi faire une demande de logement universitaire. De plus, ils auront accès à la restauration collective et seront éligibles aux aides spécifiques, comme tout autre étudiant en France. Les aides spécifiques en question sont l’aide spécifique ponctuelle et l’allocation spécifique annuelle.

Selon la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, environ 2000 étudiants réfugiés, soit la grande majorité d’entre eux, vont pouvoir bénéficier de ces aides sociales, pour un coût total estimé à 8 millions d’euros.

Enfin, le nombre d’universités proposant la formation de DU qui concerne les étudiants réfugiés devrait passer de treize à trente à la rentrée 2019.

Pour plus d’informations, passez sur notre site : https://toutesmesaides.fr/ !